• Concours pour le recrutement des élèves gendarmes au titre de l’année 2020

    La réponse par e-mail peut prendre un certain temps. Si vous recevez pas de réponse dans les 24 heures, veuillez refaire l’opération mais avec le même e-mail


    votre commentaire
  • Clusters de Lalla Mimouna: la Gendarmerie chargée de l’enquête judiciaire

    Le Procureur général près la Cour d'appel de Kénitra annonce l'ouverture d'une enquête judiciaire confiée à la Gendarmerie royale sur les circonstances de l’éclosion de foyers de contamination dans trois unités de conditionnement de fruits rouges à Lalla Mimouna

    D’après une dépêche de la MAP, le Procureur du Roi près la cour d’Appel de Kénitra a ordonné ce 23 juin l’ouverture d’une enquête judiciaire afin de déterminer les causes et circonstances de la propagation du Covid-19 au sein de trois unités de conditionnement de fraises dans la région de Lalla Mimoune, près de Kenitra.

    Le 19 juin, le point de presse du ministère de la Santé annonçait la contamination de plus de 420 personnes au sein de ces unités industrielles. Au total, ce sont plus de 800 personnes qui ont été finalement déclarés comme positives au nouveau Coronavirus.

    D’après un communiqué du Procureur, l’enquête a été confiée à la brigade nationale de la Gendarmerie royale. Cette investigation fait suite à une enquête administrative effectuée par la commission mixte des ministères de l’Intérieur, de la Santé, de l’Agriculture, la pêche maritime, le développement rural et les eaux et forêts du Travail et de l’insertion professionnelle.

    L’enquête judiciaire devrait permettre de déterminer les infractions pénales ayant causé la contamination à la Covid-19, précise le communiqué repris par la MAP. Il est notamment question de « la négligence, la non-prise des mesures nécessaires à la protection des employés agricoles, le non-respect des lois et réglementations, en particulier les dispositions juridiques et organises relatives au mesures préventives et gestes barrières décidés par les autorités publiques durant l’état d’urgence sanitaire », indique le communiqué.

    Dans un précédent article, nous mettions en avant le laxisme des autorités dans leur gestion des unités industrielles de cette province où plusieurs milliers d’employées agricoles encourent des risques afin de se rendre à leur lieu de travail. Sur le grill, selon des sources de Hespress, le gouverneur de Kénitra mais aussi le responsable de la délégation régionale de la Santé.

    Source : https://ledesk.ma


    votre commentaire
  • Covid-19: l’usine de la Gendarmerie Royale du Maroc produit 17 millions de masques depuis février

    Depuis le déclenchement de la pandémie du nouveau coronavirus, l’Unité de fabrication des masques (UFM) de la Gendarmerie Royale tourne à plein régime, produisant chaque semaine plus de 1 million de masques FFP2 et 200.000 masques chirurgicaux type II à 3 plis haute filtration.

    Entre février et mai 2020, l’usine, opérationnelle depuis 2009 dans la région de Benslimane, a pu produire environ 14 millions masques FFP2 et 3 millions masques chirurgicaux, répondant respectivement aux normes internationales “EN149 + A1 2009” et “EN14683 2014”.

    Labellisée de la certification CE (Communauté européenne), l’UFM a été conçue pour doter le Maroc d’un stock stratégique, produit localement et indépendant de l’étranger, qui lui permettrait de faire face à une éventuelle poussée épidémique, similaire à celle la grippe aviaire, à la grippe H1N1 ou encore Ébola.

    “La production est également destinée à satisfaire certains besoins d’un nombre de départements publics, comme le ministère de la Santé et l’Inspection de la santé militaire”, a expliqué à la MAP le directeur de l’UFM, le lieutenant-colonel Charif El Ayadi.

    Compte tenu de la demande grandissante engendrée par la crise sanitaire actuelle, les masques produits par l’UFM sont mis à la disposition du personnel médical engagé dans la prise en charge des malades du covid-19.

    “En vue d’augmenter le nombre de masques produits chaque jour, un projet d’extension de l’UFM est en cours de réalisation, devant permettre de renforcer sa capacité de production”, a assuré la même source.

    Aujourd’hui, l’usine dispose d’infrastructures techniques à la pointe de la technologie, articulées en 3 lignes de production de masques FFP2 et 2 lignes de production de masques chirurgicaux. Elle est également dotée de son propre laboratoire de contrôle qualité, équipé des dernières technologies en matière de contrôle de conformité des masques et matières filtrantes. Au total, plus de 80 techniciens, électromécaniciens et personnels administratifs assurent une production ininterrompue tous les jours de la semaine.

    Source : https://atlasinfo.fr


    votre commentaire
  • Fès: les gendarmes intraitables quant au respect de l’état d’urgence sanitaire

    Les éléments de la Gendarmerie Royale relavant du Commandement régional de Fès sont à pied d’œuvre pour veiller au strict respect de l’état d’urgence sanitaire, imposé par les autorités publiques pour lutter contre la propagation du covid-19.

    De jour comme de nuit, les éléments déployés dans différents barrages alternent contrôles, vérifications, sensibilisation et anticipation des risques. Leur mission est cruciale : assurer le plein respect des mesures de l’état d’urgence sanitaire et éviter que des déplacements entre provinces et préfectures soient un facteur de propagation du virus.

    Dès la déclaration de l’état d’urgence sanitaire comme mesure inévitable pour juguler la prolifération du virus et la restriction des mouvements dans le pays, le renforcement des dispositions de contrôle dans les limites des villes a été immédiat.

    Dans le territoire relevant du commandement régional de Fès, qui couvre les compagnies de Fès, Moulay Yaacoub, Sefrou, Missour, Kariat Ba Mohamed et Taounate, ainsi que la compagnie de l’air de l’aéroport Fès-Saiss, tout est mis en place pour ne rien laisser passer par les mailles du filet. Plusieurs postes de contrôle ont été ainsi installés dans le cadre des barrages de bouclage de toute la région en vue de la rendre hermétique. Au niveau des barrages de contrôle de Douyyet (province de Moulay Yaacoub), de Sidi Khyar (province de Sefrou) et Ain Baida (préfecture de Fès), c’est la même rigueur et la même vigilance dont font preuve les gendarmes sur place.

    A chaque contrôle, la vérification des documents requis est systématique. Il s’agit essentiellement de l’autorisation de déplacement exceptionnelle et de la carte d’identité nationale.

    Pour le transport de marchandises, le contrôle de la cargaison est tout aussi rigoureux. En ce contexte d’état d’urgence sanitaire, les mesures d’inspection sont davantage renforcées pour éviter toute fuite et lutter contre tous types de trafic.

    Pas question, en effet, de baisser la garde ou de faire du laisser-aller, chaque contrevenant aux dispositions régissant l’état d’alerte sanitaire est verbalisé et, au cas échéant, mis en garde à vue. La verbalisation concerne notamment le non-port du masque, le défaut d’autorisation de déplacement exceptionnelle ou de transport clandestin de personnes.

    Certains automobilistes ne disposant pas de l’autorisation de déplacement sont invités à rebrousser chemin et revenir d’où ils viennent. L’intransigeance est le mot d’ordre.

    Et pour protéger les gendarmes aux avants postes, l’ensemble des opérations se déroulent dans l’application des gestes réglementaires et le respect des consignes de prévention sanitaire du port de masques et de visières et de distanciation. ‘’On ne badine pas avec la santé et la sécurité des éléments déployés sur le terrain’’, insiste-on.

    Professionnels de la route et simples citoyens semblent se prêter volontiers à l’exercice de contrôle. La population, aussi bien en milieu urbain que rural, a pris conscience de la pertinence des mesures mises en place et du respect de l’état d’urgence sanitaire décrété par les pouvoirs publics. Tant l’objectif est le même.

    Tout comme le personnel médical et toutes les personnes aux premières lignes de la lutte contre le nouveau Coronavirus, les éléments de la Gendarmerie Royale sur le terrain ne cachent pas leur soulagement chaque fois qu’une province ou préfecture est déclarée sans cas covid19. Une source de satisfaction certes, mais aussi de responsabilité. Car l’objectif reste de fermer toutes les voies qui peuvent favoriser le passage du virus d’un lieu à un autre.

    Source : https://www.lesiteinfo.com


    votre commentaire
  • Covid-19 : La singularité de l’approche marocaine saluée par le RNI

    Hommage rendu aux décisions clairvoyantes de SM le Roi  
    Le bureau politique du Rassemblement national des indépendants (RNI) a tenu vendredi une réunion par visioconférence sous la présidence de Aziz Akhannouch pour débattre des derniers développements politiques mais également des circonstances actuelles et exceptionnelles traversées par le pays. «Au début des travaux, les membres du bureau politique se sont félicités des décisions clairvoyantes de Sa Majesté le Roi dès le début de cette crise ayant placé la santé des citoyens au dessus de toute considération, saluant par la même occasion la décision royale de la mise en place d’un fonds spécial de lutte contre les effets de Covid-19 et le suivi continu accordé par le Souverain aux mesures prises lesquelles ont été accueillies par un grand sens de responsabilité de la part des citoyennes et citoyens», annonce un communiqué du RNI.

    Le parti précise, par ailleurs, que son bureau politique a salué la décision d’ouvrir la possibilité de participation aux donations au profit du fonds, devant tous les citoyens qui ont jusqu’ici fait part d’une mobilisation collective symbolisant les principes de la solidarité et la responsabilité citoyenne. Dans ce même cadre, le bureau politique s’est félicité des orientations royales pour prendre toutes les mesures nécessaires afin de préserver la santé de la population carcérale et la grâce royale accordée à nombre parmi les prisonniers selon des critères humanistes prenant en compte leurs âges, leurs états de santé ainsi que les peines purgées et la bonne conduite. Le bureau politique n’a pas manqué, non plus, de saluer la décision royale d’exonérer des droits de bail les locataires des locaux des habous consacrés au commerce, aux métiers, aux services et à l’habitation, à l’exception des fonctionnaires, pendant toute la période d’urgence sanitaire. Le bureau politique a manifesté sa fierté quant à l’esprit de responsabilité démontré par l’ensemble des citoyens marocains en respectant les orientations et les décisions des autorités compétentes et en appliquant les règles de confinement sanitaire et le port des bavettes afin de préserver la sécurité et la santé publique et contenir la pandémie du coronavirus.

    Une plateforme interactive pour débattre du post Covid-19

    Dans une démarche novatrice, le RNI veut préparer dès maintenant l’après crise engendrée par la pandémie du coronavirus. Pour ce faire, une plateforme électronique et interactive est mise à la disposition de tous les marocains. Ce fut d’ailleurs l’annonce phare de cette réunion du bureau politique du parti de la colombe. Un projet qui s’inscrit dans le cadre d’une interaction avec la recommandation issue de la réunion du Président du parti Aziz Akhannouch avec les coordinateurs régionaux pour l’élaboration d’une vision du RNI pour la période post-pandémie. «Le bureau politique annonce la mise en place d’une plateforme électronique et interactive baptisée : maba3d-corona.com en partenariat avec l’institution Al Mountada pour recevoir les participations et propositions émanant de toutes les forces vives de la nation notamment les entrepreneurs, les penseurs, les commerçants, les experts, les étudiants, les acteurs politiques, et les associations de la société civile, loin de toute exclusion ou considération partisane », apprend-on auprès de la direction du parti. Le RNI a appelé, dans son communiqué, tous les Marocains «à adhérer à ce débat ouvert autour des mesures et moyens à prendre après la pandémie pour garantir un retour en force de l’économie nationale et protéger tous les citoyens de toutes répercussions négatives provoquées par cette crise sanitaire».

    La solidité de la structure de l’Etat mise en avant

    Le bureau politique a insisté sur le fait que l’approche marocaine, a démontré la solidité de la structure de l’Etat dans le cadre d’un respect total des lois, des libertés et des droits de l’homme, saluant au passage les grands efforts consentis par le personnel de la santé, des membres de la Sûreté nationale, des Forces Armées Royales, de la Gendarmerie Royale, des Forces auxiliaires, de la Protection civile, des femmes et hommes de l’Education nationale ainsi que les fonctionnaires des collectivités territoriales. Tout en se félicitant du travail accompli par le comité de veille économique et le démarrage des versements des indemnités pour les salariés déclarés à la CNSS et les ménages ramédistes, le bureau politique appelle à accompagner les ménages ne disposant pas de cartes Ramed afin de bénéficier du dispositif d’aide des personnes impactées par le Covid-19 à travers la plateforme tadamoncovid.ma, lancée par le comité de veille.
    Le bureau politique a, également, appelé le secteur bancaire à poursuivre sa mobilisation et son implication dans l’effort national pour faire réussir cette étape cruciale et sortir de cette crise avec les moindres dégâts.

    Le bureau politique a, par ailleurs, salué les efforts consentis par le tissu industriel, notamment les acteurs de l’aéronautique et du textile pour la reconversion rapide pour la production de respirateurs et de masques de protection, ce qui a permis d’atteindre la fabrication de 3 millions de bavettes par jour à des prix abordables à tous. Le RNI s’est dit réconforté de voir la capacité de production portée à 5 millions d’unités par jour ce qui permettra de répondre à la demande locale et d’orienter une partie de la production vers l’export à des pays européens dans quelques semaines.
    Le bureau politique s’est également félicité des mesures exceptionnelles prises par le Ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration et à leur tête, l’adoption d’un décret loi relatif au “déplafonnement des financements extérieurs”, pour permettre au Maroc de sécuriser ses besoins en devises à travers le recours aux marchés internationaux en raison de l’impact subi par plusieurs secteurs notamment le tourisme, les investissements directs étrangers et les métiers de l’export en plus des transferts des MRE.
    Dans ce sens, le bureau politique fait savoir que le caractère particulier de la conjoncture actuelle ne peut être surmonté sans éviter les enchères politiques. La particularité de cette étape implique selon le parti, de concentrer et d’unifier tous les efforts des acteurs politiques et sociaux. Un appel a été lancé au gouvernement de continuer la mobilisation, à l’approche du mois sacré de Ramadan, en vue d’assurer la sécurité et la stabilité de l’approvisionnement des ménages.

    Au moment où plusieurs organes médiatiques internationaux ont rendu hommage aux mesures et moyens déployés par le Maroc pour faire face à la pandémie, le RNI dénonce certaines voix dissonantes qui ont tenté de cibler l’approche marocaine en diffusant de fausses déclarations et lectures biaisées et en méprisant le grand sens de responsabilité des Marocains.
    Dans les affaires partisanes, le bureau politique a invité les bases du parti ainsi que toutes ses organisations parallèles et organismes professionnels pour augmenter la cadence de communication avec toutes les composantes de la société, en total respect des mesures de confinement, dans le but de contribuer aux efforts de l’État pour lutter contre la pandémie, et ce à travers l’utilisation de tous les moyens de communication disponibles. Le parti a aussi invité tous ses militants pour répondre à l’appel des centres de transfusion sanguine afin de faire don de sang conformément aux exigences sanitaires dictées.

    Source : https://aujourdhui.ma


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires