•  

    twitter1
    Identifier à l'avance les sujets qui seront les plus populaires sur Twitter, c'est la découverte de Devavrat Shah, chercheur au Massachusetts Institute of Technology (MIT), dont le nouvel algorithme pourrait s'appliquer à d'autres domaines comme la Bourse, a-t-il déclaré à l'AFP. Devenus un véritable pouls des conversations mondiales, les sujets les plus populaires sur Twitter, également appelés « trending topics » en anglais ou « TT », se présentent sous la forme d'un ou plusieurs mots précédés ou non du signe dièse (ou hashtag).
    Consultable au niveau global, par régions, pays ou même villes, ce classement évolue constamment au gré de l'actualité ou des tendances lancées par des personnes influentes sur les réseaux sociaux. Ainsi, en cette période d'élection présidentielle américaine, « Barack Obama » ou « #USA2012 » figuraient mercredi en tête des mots-clés les plus populaires en France et ailleurs.

    Prédiction 1h30 à l’avance

    Ces mots-clés sont calculés en interne par Twitter en fonction du nombre de personnes qui parlent d'un même sujet à un moment donné sur le réseau social. L'algorithme découvert par Devavrat Shah, professeur d'informatique de 35 ans né en Inde, et son étudiant Stanislav Nikolov, permet de définir ces sujets avec « 1H30 d'avance, en moyenne » et un taux de pertinence de 95%, a-t-il assuré à l'AFP par téléphone.
    A partir d'une base de données de 200 sujets populaires et 200 autres peu relayés à un instant T, l'algorithme compare chaque nouveau sujet et lui attribue un taux de probabilité de devenir populaire, a-t-il expliqué en substance. « La manière dont les êtres humains réagissent obéit à des caractéristiques bien particulières (et) il y a assez peu de façons différentes pour un sujet de devenir populaire sur Twitter », a-t-il souligné.
    « Les sujets peuvent être liés à un événement, comme un concert de Justin Bieber ou l'équipe de France qui bat l'Italie. Mais ils peuvent aussi avoir d'autres origines (et) avoir gagné lentement en popularité avant de devenir une tendance », a poursuivi celui qui présentera sa découverte en public vendredi 9 novembre au MIT, prestigieuse université de recherche scientifique et technologique basée à Cambridge, près de Boston. « Nous avons donc transformé cela en modèle mathématique », a-t-il ajouté, relevant que « les choses simples sont celles qui marchent le mieux ».

    Applicable à tout type de données

    Dans un communiqué, le MIT estime que cette nouvelle approche de l'analyse statistique pourrait, en théorie, s'appliquer à n'importe quel type de données qui varient dans le temps, comme la durée d'un trajet en bus, les ventes d'entrées de cinéma et même le marché boursier. « C'est plus une méthode qu'un algorithme destiné à un seul usage. Les applications sont multiples. Il n'y a rien de concret pour l'instant mais ça promet d'être intéressant », a répondu M. Shah sur une éventuelle utilisation de sa découverte par Twitter.
    A première vue, Sébastien Lefebvre, Pdg et fondateur de Mesagraph, société qui édite des solutions de gestion et d'analyse des médias sociaux, émet quelques réserves. « L'algorithme des trending topics de Twitter, ce n'est pas quelque chose qui est inscrit dans le marbre et auquel on puisse se fier dans la durée. Rien ne dit qu'il n'évoluera pas, comme a évolué celui de Google », a-t-il dit à l'AFP.
     

    votre commentaire
  •  

    712773
    Lors de l’ouverture de la conférence développeurs Build 2012 à Seattle hier 30 octobre, le bouillonnant CEO de Microsoft est en quelque sorte revenu à ses premières amours et s’est transformé en vendeur de luxe réalisant lui-même des démonstrations de multiples nouveaux PC, tablettes et smartphones. Certains d’entre vous se souviennent peut-être que l’actuel patron de Microsoft, Steve Ballmer, fût aussi le premier commercial de l’entreprise, payant même de sa personne dans une publicité restée célèbre comme celle de Windows 1.0, mais aussi celle plus parodique pour Windows XP).
    C’est l’une des premières fois que Steve Ballmer réalise ainsi en direct autant de démonstrations de ses propres produits. Il est d’ailleurs assez rare, dans cette industrie, de voir un patron démontrer ainsi personnellement les productions de son entreprise. On se souvient cependant de Steve Jobs démontrant lui-même l’iPad assis dans un fauteuil. Il faut reconnaître qu’un tel exercice peut rapidement se révéler être un tantinet « casse-gueule », voire même ridicule.

    Steve Ballmer retrousse les manches

    Mais, bien au contraire, la prestation de Steve Ballmer s’est plutôt transformée en show assez vivant, le grand patron de Microsoft jouant visiblement avec beaucoup de plaisir sur la variété des nouveaux designs de PC et faisant preuve au passage de beaucoup d’humour (par exemple, en démontrant l’aspect vivant des tuiles et la fonction Partager « ça c’est une photo de moi et Jessica Alba prise hier pendant le lancement de Windows Phone 8… réflexion faite, ça n’est peut-être pas une bonne idée de l’envoyer à ma femme »).
    Le CEO de Microsoft retrousse donc les manches et s’investit personnellement pour mieux démontrer la simplicité d’usage du nouveau Windows et faire passer au passage un message subliminal que Microsoft a jusqu’ici minimisé : Windows 8 n’est vraiment lui-même que sur ces nouvelles machines tactiles proposées par les fabricants.
    « Les PC conçus pour Windows 8 sont les meilleurs PC jamais construits », a-t-il répété. Une façon aussi de remettre les projecteurs sur ses partenaires à l’heure où Surface RT capture bien des regards et où les ventes de PC ont besoin d’un coup d’accélérateur en ces veilles de Noël.

    Motus sur les ventes de Surface

    Alors que les Etats-Unis sont très focalisés sur les dégâts occasionnés par l’ouragan Sandy sur la côte Est, Steve Ballmer s’est bien gardé d’afficher les premiers chiffres de vente de Windows 8 et de Surface. Mais il a toutefois révélé que 4 millions d’updates Windows 8 avaient déjà été achetées et téléchargées, en trois jours seulement.
    Un chiffre plus qu’encourageant pour Microsoft, mais aussi pour tous les éditeurs qui ont été parmi les premiers à proposer des Apps Windows Store. Jusqu’ici réticents, Dropbox et Twitter ont aussi annoncé la disponibilité d’apps Windows Store officielles dans les prochaines semaines.   
    La prestation de Steve Ballmer sera prochainement rediffusée sur le site de la build Windows.
     

    votre commentaire
  •  

    camera
    Quand la science-fiction s’invite dans les recherches universitaires, les yeux électroniques des caméras de surveillance sont non seulement capables de suivre tous vos faits et gestes mais peuvent également déterminer quelles seront vos actions à venir.
    Des chercheurs en psychologie de la Carnegie Mellon University en Pennsylvanie ont mis en place un logiciel qui analyse et classe les différentes actions filmées par une caméra de surveillance. Il est parti intégrante du programme DARPA Mind's Eye, destiné à créer des caméras intelligentes capables de décrire par des mots un environnement hostile ou d’indiquer pourquoi elle ne peut pas filmer.

    Un projet du Darpa

    L’objectif de ce nouveau programme est « de démêler le contexte d’une scène, de faire la différence entre les différents types d’actions humaines pour, en définitive, en prédire les conclusions », lit-on dans compte-rendu du rapport publié (PDF) par les deux chercheurs, Alessandro Oltramari et Christian Lebiere.
    Leurs recherches, financées par l’armée, sont concentrées sur la création d’un moteur cognitif pour permettre à une intelligence artificielle d’automatiquement détecter et interpréter les actions d’une personne. Ce qui permettrait de répondre à un des principaux reproches fait aux caméras de surveillance – outre celui d’observer nos moindres déplacements – à savoir qu’elles ne servent pas à prévenir mais sont seulement utiles une fois qu’il est trop tard.
     

    Prédire l’avenir, à la croisée des chemins

    Pour autant, la tâche n’est pas simple. « Le domaine de “l’intelligence visuelle” doit être exploré avec une approche interdisciplinaire, qui réunit la psychologie cognitive, la linguistique et la sémantique. Dans ces conditions seulement pourrons nous espérer découvrir la variété des opérations dues à l’intelligence visuelle », écrivent-ils dans le résumé de leur rapport.

    Par ailleurs, l’ontologie est au cœur de cette technologie prédictive. Elle est l’un des trois piliers de leur étude. Elle donne même son nom à l’HOMinE, l’Hybrid Ontology for the Mind’s Eye, qui sert à comparer des modèles ontologiques, des événements similaires ou ayant des points communs avec la situation filmée. Chaque séquence est alors décomposée en micro-actions, micro-états et micro-poses. Grâce à ce découpage, il est possible de faire la différence entre quelqu’un qui creuse un trou et quelqu’un qui enterre quelque chose, même si les actions et mouvements requis sont apparemment proches. Vient ensuite ce que les chercheurs appellent le « packaging conceptuel », à savoir l’explicitation de l’action en fonction du ou des rôles joués par les différents éléments à l’écran et leur trajectoire. Enfin, troisième élément, la sélectivité causale, point capital qui permet au système de ne se concentrer que sur l’essentiel et d’éviter le « bruit parasite » des actions qui n’ont pas d’importance.

    Utilisations militaires et civiles

    Pour les auteurs du document, cette technologie pourrait avoir des répercussions aussi bien militaires que civiles. Elle pose également la question du flagrant délit et de la présomption d’innocence, même si la détection par une caméra d’un événement en amont n’impliquera pas forcément que ce dernier puisse être empêché. Le temps de l’intervention étant toujours irréductible. Autrement dit, la prédiction causale ne revient pas à lire dans une boule de cristal ou à avoir des pouvoirs de précognition. En ce cas, Philip K. Dick aurait, une fois encore, vu juste.
     

    votre commentaire
  •  

    win8
    Lundi 29 octobre 2012, Microsoft lance officiellement Windows Phone 8, la version de son nouveau système d'exploitation pour smartphones. Elle succède à la version actuelle Windows Phone 7.5, dont elle constitue une refonte majeure, et qui ne lui a pas permis d'endiguer la domination écrasante d'Android et l'iPhone d'Apple sur le marché.
    Windows Phone 8 a le même noyau logiciel que son grand-frère Windows 8, le même système de fichiers, les mêmes pilotes. Cette version saura gérer les processeurs multicœurs, de nouvelles résolutions d’écran (1 280 x 768 pixels et 1 280 x 720 pixels) de même que les micro-cartes mémoire SD.
     
    Cette proximité « consanguine » des deux systèmes d'exploitation est censée faciliter le travail des développeursqui pourront adapter des applications Windows 8 sur Windows Phone 8... et inversement. Ils disposent déjà d'un site dédié. Cet enjeu des applications disponibles, via sa boutique Windows Store, est crucial pour Microsoft dans la bataille commerciale qui l'oppose à Android et à l'iOS d'Apple et à leurs centaines de milliers d'applis déjà disponibles.
     
    L'éditeur mise aussi sur la synergie entre Windows 8 et sa version pour smartphones, du point de vue de l'utilisateur. Il met à disposition l'application Windows Phone, censée faciliter l'échange de musique, de photos ou de vidéos entre l'ordinateur et le téléphone, via le partage du contenu multimédia du téléphone avec des applications Windows 8.
     
    Plusieurs constructeurs de smartphones ont présenté ces dernières semaines leurs modèles embarquant la dernière version du système d'exploitation mobile, tels HTC (8X et 8S), Nokia (Lumia 920 et 820) ou Samsung (ATIV S).
     

    votre commentaire
  •  

    716631
     
    De la forteresse PS3 ne pourrait bien rester désormais que des ruines arasées et fumantes... En l’espace d’un peu plus de deux ans, la console de salon de Sony est passée du stade de place forte imprenable à terrain de jeu pour hackers expérimentés. Ses derniers remparts sont tombés en début de semaine.

    Rapide rappel

    Début 2011, George « GeoHot » Hotz annonçait avoir trouvé la root key de la console de Sony. Cet élément sert à la signature et à l’authentification des programmes sur la PS3. Autrement dit, à partir du moment où cette clé était connue, il était possible de faire reconnaître comme valable tout programme, même les développements homebrews ou les logiciels piratés. Sony avait réagi en attaquant en justice GeoHot et en patchant les différents exploits permettant de hacker sa console. Pour un temps seulement.

    Echec et mat

    Cette semaine, un nouveau cap a été franchi. Un groupe de hackers, The Three Musketeers, a présenté un nouveau custom firmware, selon The Hacker News. Ce système d’exploitation modifié par leur soin pour la PS3 permet non seulement aux consoles qui l’utilisent de se connecter au Sony Entertainment Network mais également de ne craindre aucune mise à jour ou aucun correctif à venir de la part de Sony. Comment ? Grâce aux clés de déchiffrement LV0 que ces hackers ont découvertes. Avec ces LV0 keys, il sera désormais possible, à l’avenir, pour les hackers de déchiffrer et casser n’importe quel code ou sécurité liée à la PS3, assez facilement. Même si Sony met à jour certains processus ou clés de chiffrements lors de la sortie du firmware 4.30.
     
    En simplifiant à l’extrême, pour appliquer une mise à jour, une PS3 a besoin de déchiffrer les paquetages du nouveau micrologiciel qu’elle télécharge avant de l’installer. Or, justement, lesLV0 keys servent à cela. Une fois qu’elles sont connues, il est même possible de déchiffrer le nouveau firmware depuis un PC, avec le noyau CoreOS et les fichiers XMB, puis de le rechiffrer avec les clés de chiffrements de la version 3.55 de l’OS de la PS3.
    A savoir le dernier firmware de la console qui fonctionnait avant la mise à jour 3.60 qui a mis un terme à la faille utilisée par le groupe de hackers fail0verflow et par le dongle USB PSJailbreak. La version 3.55 est donc, en quelque sorte, la base arrière des consoles hackées. Autrement dit, grâce aux clés LV0, il est possible de faire en sorte que les consoles hackées contournent ou aient droit à toutes les mises à jours du fabricant japonais sans que celui-ci ne puisse rien faire. Cela pourrait bien être une sorte d’échec et mat pour Sony.

    Mais si Sony est dans une position qui ne lui laisse apparemment pas beaucoup de portes de sortie – lancer sa PS4 plus vite que prévu ? – l’histoire ne s’arrête pas là. Pour être même plus précis, il y a une histoire dans l’histoire.
     

    Révélations rocambolesques

    A les en croire, les Three Musketeers possédaient la clé LV0 depuis quelque temps déjà, mais ne souhaitaient pas la dévoiler, par crainte, a priori, des conséquences que pourraient entraîner sa divulgation.
    C’était sans compter sur une équipe de hackers chinois, BlueDiskCFW, qui auraient par un moyen ou un autre pris connaissance de ces clés et auraient décidé de les rendre publiques moyennant finance. Une manière de faire qui n’est pas tellement dans l’esprit « hacker ».
    Par conséquence, les trois mousquetaires se sont résignés à diffuser le résultat de leurs trouvailles. Il s’en explique d’ailleurs dans un message consultable en ligne : « Comme tout ceci est le fruit d’un travail de groupe, nous n’en aurions normalement jamais parlé, mais comme nous en avons fini avec la PS3 de toute façon, nous pensons que cela n’a plus d’importance. Félicitations au type qui a fuité ce truc, vous, monsieur, êtes un 1337 haxx0r [pour hacker d’élite, NDLR], jk [pour just kidding, non on plaisante, NDLR], vous êtes un trou du cul. »Preuve qu'on peut être de grands hackers et avoir des lettres...
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique