• Prévention de la torture : Les officiers de la gendarmerie royale formés par le CNDH

    Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et la gendarmerie royale entament un programme de formation au profit des officiers de la gendarmerie royale. C’est ce qu’a annoncé le Conseil national des droits de l’Homme récemment.  

    Plus concrètement, l’Ecole royale des officiers de la gendarmerie royale à Ain Harrouda a abrité les 24 et 25 avril 2018 un programme de formation sur le mécanisme national de prévention de la torture (MNP). Cette initiative «porte sur les prérogatives du MNP, l’interaction de la gendarmerie royale avec ce mécanisme, ainsi qu’avec les organes de traités pertinents en matière de protection et de prévention de la torture», précise le CNDH. Dans ce sens, ce programme de formation bénéficiera à 150 officiers du Maroc et d’autres pays francophones subsahariens. Lors de la séance d’ouverture, mardi 24 avril, le général Mohamed Bousbaâ, directeur des affaires extérieures à la gendarmerie royale, a mis en avant les efforts de celle-ci en matière de renforcement des capacités de ses cadres dans les domaines de la formation et de formation continue.

    Il a également mis l’accent sur l’importance de la coopération et l’ouverture sur d’autres institutions. L’objectif étant de mieux comprendre et appréhender les différentes mutations que connaît la société marocaine. Il a également souligné l’ambition de la gendarmerie royale de renforcer sa coopération avec le CNDH en matière de formation, de promotion et de protection des droits de l’Homme. Pour sa part, Driss El Yazami, président du Conseil, a mis en exergue le choix souverain du Maroc de s’engager sur la voie du respect des droits de l’Homme. Dans cette perspective, il a expliqué que le choix du Maroc s’est matérialisé à plusieurs reprises.

    Il a également fait savoir que les droits de l’Homme n’ont cessé «d’évoluer depuis l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (10 décembre 1948), dont la principale manifestation est l’émergence des acteurs de la société civile et des institutions nationales des droits de l’Homme (INDH)». Pour lui, ces institutions ont comme objectif non seulement de diagnostiquer la situation des droits de l’Homme mais aussi de préconiser des alternatives et de coopérer avec les pouvoirs publics en vue de leur mise en œuvre. Dans ce cadre, M. El Yazami a rappelé qu’en vertu de la loi 76-15 relative à la réorganisation du CNDH publiée le 1er mars 2018, il exercera les compétences du mécanisme national de prévention de la torture. Il sera donc à ce titre amené à collaborer avec toutes les institutions en charge de l’application de la loi, y compris la gendarmerie royale.

    Source : http://aujourdhui.ma


    votre commentaire
  • Avis de concours année 2018

    AVIS DE CONCOURS 

    La Gendarmerie Royale organise un concours pour le recrutement des élèves gendarmes au titre de l’année 2018.

    I- CONDITIONS DE CANDIDATURE :  

    Le concours sera ouvert aux candidats :

    ·         De nationalité marocaine ;

    ·         Célibataires ;

    ·         Agés de 18 ans au moins et 24 ans au plus, au 01.09.2018 ;

    ·         Titulaires du baccalauréat année 2018 ou année 2017;

    ·         Aptes physiquement ;

    ·         Avoir une taille supérieure ou égale à :

    o   1,70 m pour les masculins ;  

    o   1,68 m pour les féminins.  

     

    ·         N'avoir pas été révoqués d'un emploi dépendant de la Fonction publique.

    ·         Ne pas avoir encouru de condamnation judiciaire ;

    ·         Etre retenus par la commission de présélection sur dossier.

    II- DOSSIER DE PRESELECTION :  

    ·         Une demande manuscrite portant les renseignements ci-après :

    o   Identité du candidat (e);

    o   Numéro de la C.N.I.E ;

    o   Code MASSAR et Code National de l’Etudiant (e) ;

    o   Adresse complète, numéros de téléphone et l'EMAIL ;

    ·         Une photocopie légalisée du diplôme du Baccalauréat année 2017 ou un certificat de scolarité de la 2ème année du cycle Bac de l’année en cours, visé par la Délégation du Ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ;

    ·         Un relevé de notes global et original des deux années du Baccalauréat, faisant ressortir le Code MASSAR et le Code National de l’Etudiant (e).

    ·         Un extrait bilingue d'acte de naissance ;

    ·         Une photocopie légalisée de la C.N.I.E ;

    ·         Un extrait du casier judiciaire ;

    ·         Une fiche anthropométrique ;

    ·         Un certificat de célibat ;

    ·         Un certificat de résidence ;

    ·         Deux photos d'identité format (4x4) portant au verso nom et prénom du candidat ;

    ·         Deux enveloppes timbrées portant l’adresse exacte du candidat.

    III- DEPÔT DE DOSSIERS DE CANDIDATURE :  

    Les candidats intéressés et remplissant les conditions fixées, déposeront leurs dossiers de candidature entre le 15.04.2018 et 15.05.2018, aux Centres de concours de la Gendarmerie Royale relevant de leurs lieux de résidence cités ci-après :  

    -AL HOCEIMA      

    -KHEMISSET         

    -ESSAOUIRA         

    -LAAYOUNE         

    -RABAT                   

    -TANGER                

    -AGADIR                 

    -CASABLANCA    

    -FES                          

    -MARRAKECH      

    -SAFI                        

    -TAZA                      

    -BENI MELLAL     

    -DAKHLA               

    -GUELMIM             

    -MEKNES                

    -SETTAT                  

    -TETOUAN             

    -KHOURIBGA       

    -EL JADIDA            

    -KENITRA               

    -KHENIFRA            

    -OUJDA                    

    -BOUARFA             

    -ERRACHIDIA       

    -SIDI KACEM        

    -NADOR                  

    -OUARZAZATE

     

     IV- CONVOCATION ET DEROULEMENT DU CONCOURS :  

    Les candidats présélectionnés par la commission après étude des dossiers, recevront le moment venu, une convocation individuelle contenant les informations nécessaires au passage du concours.

    Pour des raisons de célérité, le candidat pourra prendre contact par téléphone avec l’Etat-Major de la Gendarmerie Royale, à partir du 25 juin 2018, pour savoir s’il est retenu pour passer le concours.

    Le concours portera sur deux épreuves écrites en arabe et français aux centres de concours précités.

    Les candidats ayant satisfait au concours, subiront les tests de visite médicale, physique et psychotechnique.


    votre commentaire
  • Naufrage au large de Tanger: arrestation de trois passeurs

    Les éléments de la gendarmerie royale ont réussi, en un temps record, à arrêter trois passeurs impliqués dans le drame d’un bateau transportant des immigrés clandestins qui a chaviré lundi matin à Tanger.

    Tôt lundi matin, les autorités maritimes ont découvert six corps sur une plage près de Tanger. Il s’agit de quatre Marocains et de deux subsahariens qui ont tenté d’immigrer vers l’Espagne mais dont le bateau a chaviré au large de la ville du détroit.

     

    Les enquêteurs de la gendarmerie royale qui ont fait cette découverte macabre ont rapidement entamé leurs investigations. Et ils n’ont pas tardé à mettre le grappin sur les passeurs qui étaient derrière cette expédition meurtrière.

    Selon les informations recueillies par le360, les trois suspects ont un casier judiciaire bien rempli en matière l’exploitation des candidats à l’immigration. Ils ont été dénoncés par les survivants de ce drame qui ont révélé avoir été embarqués dans un bateau pneumatique moyennant argent.

     

    Il faut signaler que la région de Mesnana ainsi que d'autres localités avoisinantes, connaissent d’intenses activités de passeurs qui perçoivent entre 10.000 et 30.000 dirhams de chacune de leurs victimes…

    Source : http://fr.le360.ma


    votre commentaire
  • Attention aux faux cachets administratifs qui circulent au nord du Maroc

    Vendredi dernier, la gendarmerie royale a réussi à mettre fin aux combines criminelles d’un réseau s’activant dans la région de Driouch, ville située à 55 Km de Nador. Composé de quatre individus, le réseau avait comme cerveau un jeune homme, employé d’une imprimerie connue de la ville, selon le quotidien Al Massae.

    L’interpellation des mis en cause est venue suite à la plainte du propriétaire de ladite imprimerie. Celui-ci a déclaré que l’un de ses employés, en qui il avait entière confiance, a tissé des relations suspectes avec des individus originaires de la ville rifaine de Ben Taïeb et auteurs de falsification de cachets administratifs, ainsi que de documents de voitures.

    Le cerveau de la bande est tombé après entre les mains de la gendarmerie qui lui a tendu un piège, ajoute le journal. Et il a été interpellé avec un complice à bord d’une voiture dont la plaque minéralogique était falsifiée. Les deux autres acolytes ont été à leur tours arrêtés après un avis de recherche lancé à leur encontre.
    Les quatre mis en cause, âgés de 25 à 33 ans, ont été mis en garde à vue dans le cadre de l’enquête diligentée sous la supervision du parquet général compétent.

    Source : http://www.lesiteinfo.com


    votre commentaire
  • La gendarmerie enquête à Casablanca sur des explosifs cachés dans un puits

    Les services de la gendarmerie royale de 2 mars à Casablanca ont entamé des investigations concernant une grande quantité d’explosifs qui auraient été dissimulés dans un puits à Douar Al Iraki près de Dar Bouaaza par un vendeur de matériaux usés.

    Selon le quotidien Assabah, les investigations de la gendarmerie font suite à une plainte adressée au Général du corps d’armée Hosni Benslimane avant son départ à la retraite par une personne qui travaillait chez le suspect.

     

    Le journal souligne que la gendarmerie royale a entamé l’audition du plaignant qui a montré sa disponibilité à aider les enquêteurs et à leur montrer la cache des explosifs et le suspect ainsi que toutes les parties impliquées dans cette affaire.

    La même source a ajouté que des éléments de la gendarmerie se sont rendus sur les lieux mais qu’ils ont reporté la fouille du puits jusqu’à la présence d’experts en explosifs de peur de provoquer une explosion.

    Source : http://article19.ma


    votre commentaire